Accueil | Territoire | Réseau hydrographique

Réseau hydrographique

Zone de gestion intégrée des ressources en eau L’Assomption

Le réseau hydrographique de la zone de gestion intégrée des ressources en eau L’Assomption (GIRE L’Assomption) se subdivise en trois grands ensembles hydrographiques, soit les bassins versants de la  rivière L’Assomption et de la rivière Saint-Jean et les cours d’eau agricoles compris entre Lavaltrie et Repentigny se déversant directement dans le Fleuve.

Réseau hydrographique du bassin versant de la rivière L’Assomption

Le bassin versant de la rivière L’Assomption est constitué de cinq principales rivières : L’Assomption, Ouareau, Noire, Saint-Esprit et de L’Achigan. Le sous-bassin de la rivière Ouareau est plus important en superficie que celui de la rivière L’Assomption (1 680 km2 versus 1 254 km2), toutefois la rivière L’Assomption donne son nom au bassin versant parce qu’elle reçoit les eaux des autres rivières avant de se jeter dans le fleuve Saint-Laurent.

La longueur totale de ces cours d’eau atteint près de 540 km dont 200 km pour la rivière L’Assomption et 128 km pour la rivière Ouareau. Les débits annuels moyens des rivières L’Assomption et Ouareau dépassent 25 m3/seconde tandis que ceux des rivières Noire, Saint-Esprit et de L’Achigan varient entre 3 et 19 m3/seconde.

Pour sa part, la rivière L’Assomption constitue l’axe de confluence des rivières Ouareau, Saint-Esprit, de L’Achigan et Noire. La variation annuelle du débit de la rivière L’Assomption est importante, soit de 16 m3/seconde en été à 230 m3/seconde lors des crues printanières. La crue printanière débute en mars et atteint son maximum en avril pour se terminer en mai. Les étiages ont lieu en hiver au cours des mois de janvier et février et en été pendant les mois d’août et de septembre.

La rivière Ouareau prend sa source à la confluence des bassins versants du lac Croche dans la municipalité de Saint-Donat.  Son principal tributaire est la  rivière Rouge, dont la confluence est située dans la municipalité de Crabtree en amont du barrage de la compagnie Produits Kruger s.e.c..  La rivière Ouareau se jette dans la rivière L’Assomption à la hauteur de la municipalité de Saint-Paul.

La rivière de l’Achigan prend sa source dans le lac de L’Achigan dans la municipalité de Saint-Hippolyte.  Elle compte trois principaux tributaires, soit la rivière Beauport en provenance de Saint-Calixte, la rivière Jourdain qui prend source au lac Alouette à Sainte-Sophie et la Petite rivière provenant de la ville de Saint-Lin-Laurentides. La rivière de l’Achigan se jette dans la rivière L’Assomption à la hauteur de la ville de L’Assomption.

Entièrement situé dans la région physiographique des Laurentides méridionales, le sous-bassin de la rivière Noire prend sa source au nord-est du bassin versant dans les hauteurs de la municipalité de Saint-Zénon. Le lac Noir n’est pas situé à la tête de la rivière Noire, mais il constitue le plus gros plan d’eau de ce territoire de 414 km2. Sur l’ensemble de son parcours, soit 63 km, la rivière Noire jouit actuellement d’une qualité de l’eau variant de bonne à satisfaisante.

La rivière Saint-Esprit prend sa source au sud du territoire de la ville de Rawdon, elle traverse par la suite la  municipalité de Saint-Julienne et s’écoule par la suite vers la municipalité de  L’Épiphanie où elle se jette dans la rivière L’Assomption. C’est le plus petit sous-bassin, avec seulement 210 km2.

Le réseau hydrographique du bassin versant de la rivière Saint-Jean

Depuis 2009, le territoire d’intervention de la CARA s’est élargi aux bassins versants, principalement agricoles,  situés au sud-est du bassin versant de la rivière L’assomption.  Ainsi, 117 km2 (échelle au 1 :20000),  supplémentaires s’ajoutent  au territoire d’intervention de l’organisme. Cette « nouvelle zone » est constituée principalement des bassins versants de la rivière Saint-Jean et des petits cours d’eau agricoles drainant les territoires de Lavaltrie, Saint-Sulpice, L’Assomption et Repentigny. ***L’ensemble de ce territoire demeure encore peu connu quant à son hydrologie, notamment au plan des débits.

La rivière Saint-Jean est le plus important cours d’eau de cette zone. Elle prend vie à l’intérieur des terres humides du complexe tourbeux du delta de Lanoraie et s’écoule sur près de 20 kilomètres  pour finalement se jeter dans le fleuve Saint-Laurent. Pour sa part, la rivière Saint-Antoine qui est son plus important tributaire,  prend source  aux limites de Saint-Sulpice et de Lavaltrie et poursuit son trajet jusqu’à sa confluence avec la rivière Saint-Jean à Lanoraie.

Enfin, les petits cours agricoles sillonnant cette zone de gestion intégrée des ressources en eau demeurent encore peu connus. Cependant, notons la présence du ruisseau Tortueux dont le parcours est estimé à 6 km, le ruisseau Grande Débouche d’une longueur d’environ 5 km et le cours d’eau Saint-Sulpice–Lavaltrie estimé à 4 km qui représentent, par leur taille, les plus importants cours d’eau de cette zone. Excluant le bassin versant de la rivière Saint-Jean, cette portion de la zone occupe 44 km2 du territoire d’intervention de la CARA. Ce sont près de 100 kilomètres de cours d’eau (verbalisés ou non) qui composent son réseau hydrographique. Soulignons que les cours d’eau sont principalement situés sur le territoire de la municipalité de Saint-Sulpice.

Consultez le tableau Caractéristiques hydrographiques et hydrologiques de la rivière L’Assomption et de ses principaux tributaires.

Pour en savoir plus

 

[PDF - 782 Ko]


-
Les documents PDF peuvent être visionnés à l'aide du logiciel gratuit Adobe Reader.

Intranet
Conception graphique : Kiwigraphik | Réalisation : NeXion