Background Image
Previous Page  6 / 8 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 6 / 8 Next Page
Page Background

Une augmentation de la fréquence d’apparition de fleurs d’eau de cyanobactéries peut

représenter un signe d’enrichissement d’un plan d’eau. Par définition, un phénomène de

« fleur d’eau » est considéré lorsque la concentration de cyanobactéries atteint le seuil

minimal de 20 000 cellules par millilitre d’eau, aussi écrit 20 000 cellules/ml (MDDELCC,

2015a). À cette concentration, le risque d’effet sur la santé est faible. Toutefois, il a été

reporté dans la littérature scientifique qu’une concentration aussi faible que 5 000 cellules/ml

peut causer divers symptômes mineurs (MSSS, 2014). À partir de 100 000 cellules/ml, le

risque d’atteinte à la santé augmente considérablement. En fait, une activité aquatique ou

nautique pratiquée à une telle concentration entraîne un risque équivalent à une activité

exercée dans une eau dite mauvaise selon la

Classification de la qualité de l’eau pour la

protection des activités récréatives

(MSSS, 2014; MDDELCC, 2015b). Dépendamment des

résultats découlant d’un dénombrement, d’une analyse ou même d’une observation, des

restrictions d’usage des plans d’eau peuvent être annoncées.

Lorsqu’une fleur d’eau d’algues bleu-vert est détectée par un riverain, le Ministère peut

choisir d’échantillonner lui-même le plan d’eau ou il peut mandater un représentant de la

municipalité ou d’une association de lac pour effectuer les prélèvements. Dans les cas où des

épisodes de floraison sont connus et documentés pour un lac, la fleur d’eau est simplement

annotée dans les dossiers du Ministère. Si des prélèvements sont réalisés, les échantillons

sont analysés au Centre d’expertise en analyse environnementale du Québec. Chaque année,

plus de 200 plans d’eau sont visités au Québec et des fleurs d’eau d’algues bleu-vert sont

détectées sur environ 150 de ces plans d’eau (MDDEFP, 2014).

Page 6

Avancement de la mise en œuvre

Mise en œuvre du Plan directeur de l’eau

Le saviez-vous?

Une cyanobactérie est un organisme

qui produit une toxine, aussi appelée

cyanotoxine. Il existe plusieurs formes

de cyanotoxines, dont l’une des plus

toxiques est la microcystine-LR

(SC, 2008). Le dénombrement de

cyanobactéries ainsi que la

concentration équivalente de

microcystine-LR dans l’eau potable

sont tous les deux des critères de

référence permettant de classifier la

qualité de l’eau.

Crédit photo : Manon Brisson (MDDEP), 2004.