La planification régionale du territoire

L’évolution constante des activités, des besoins et des valeurs de la population nécessite une planification de l’organisation du territoire de façon à en assurer une utilisation durable, harmonieuse et efficace, rationnelle et économique. Le schéma d’aménagement est l’instrument désigné au Québec pour orienter l’évolution souhaitable d’un territoire. C’est en 1979, avec l’entrée en vigueur de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (L.R.Q., c.A-19.1), que les municipalités locales durent se regrouper en municipalité régionale de comté, MRC, pour se doter d’un nouveau mode de planification territoriale, soit au niveau régional par le schéma d’aménagement. À certains égards, le plan directeur de l’eau constitue un exercice de planification similaire à celui du schéma d’aménagement avec toutefois, pour territoire de référence, l’unité naturelle du bassin versant.


L’Organisation administrative du territoire

La zone de gestion intégrée de l’eau par bassin versant pour la rivière L’Assomption (ZGIEBV de L’Assomption) est localisée presque en totalité dans la région administrative de Lanaudière (93 %). On y retrouve onze municipalités régionales de comté (MRC) dont les plus importantes en superficie sur le territoire de la zone sont les MRC de Matawinie, de Montcalm, de Joliette et de L’Assomption, pour la région de Lanaudière, et pour la région des Laurentides, la MRC de La Rivière-du-Nord.

Cinquante-cinq municipalités et trois territoires non organisés, soit le Lac-Legendre, Saint-Guillaume-Nord et le Lac-des-dix-Milles, se retrouvent en totalité ou en partie dans le territoire de la Zone GIRE L’Assomption. Plus de la moitié de ces municipalités retrouvent plus de 50 % de leur territoire dans la zone. De ce nombre, vingt et une municipalités y sont entièrement comprises. Huit municipalités sont également incluses dans le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Les plus importantes sont L’Assomption, Saint-Sulpice, Repentigny et Charlemagne.

Sur le territoire de cette zone de gestion intégrée de l’eau par bassin versant on retrouve également une réserve indienne, Doncaster, localisée dans la région administrative des Laurentides. Cette réserve a été créée pour le bénéfice des communautés mohawks de Kahnawake et de Kanesatake. D’une superficie de 78 km2, dont 9 km2 dans la Zone GIRE L’Assomption, elle est principalement utilisée par les membres de ces communautés pour la pratique d’activités traditionnelles, telles la chasse, la pêche et le piégeage.


Voir la carte

L’approvisionnement en eau potable



Voir la carte

L’alimentation en eau potable est encore aujourd’hui une préoccupation d’actualité tant au niveau de sa qualité que de sa quantité. Pour en assurer un approvisionnement sécuritaire, la pérennité des sources d’alimentation provenant des cours d’eau et des nappes souterraines doit faire partie intégrante de la planification de l’aménagement et du développement du territoire. 


Voir la planification régionale du territoire en format PDF